SAMSUNG DIGITAL CAMERADernier petit déjeuner à Surco avec Gladys et Fernando, on attend le réparateur d'ordinateur qui doit résoudre le bug du portable de Gladys. Le temps file, il est l'heure de faire son sac et de prendre un taxi. Gladys nous accompagne jusqu'au terminal, sympa hein. On à peine le temps de déjeuner qu'il faut monter à bord. On se dit au revoir et à bientôt ! Que c'est bon d'avoir quelqu'un qui t'accompagne à ton bus !! On se verra à Paris ! On monte dans le bus et c'est parti pour toute une après-midi de route, de films en espagnol, d'autres en anglais et souvent pas terminés car comme ils sont copiés, le lecteur ne peut pas les lire. 21h nous arrivons dans le ville de Nasca, on vient nous chercher pour nous emmener à l'hôtel. Petit hôtel qui propose également des services de tour, il est tenu par un péruvien très gentil qui parle super bien français. On book le soir même un vol au dessus des lignes et au lit ! Réveil tranquille le vendredi. Sa fille qui gère la réception nous conseille de ne pas petit-déjeuner avant le vol, ok on va faire ça et puis prendre un médoc anti-nausées. On sait jamais.

Version Jérôme

Accrochez vos ceintures, parés pour le décollage ? Morgane est installée à côté du pilote, waou la chance, et je suis juste derrière... Le petit avion à 6 places prend de la vitesse et nous finissons par nous arracher du sol... Et c'est parti ! Nous atteignons rapidement une bonne altitude pour commencer à voir les lignes qui traversent le désert, c'est vraiment impressionnant... ce désert vraiment sec et plutôt plat, avec quelques collines par ci par là, et un canyon qui plonge vers le fleuve. Première figure d'animal et l'avion se penche sur le côté à 45° pour nous donner un meilleur angle de vision. Waou, un peu flippant ce truc, le pilote lâche presque le manche pour nous pointer du doigt la Baleine dessinée au sol... On fait un passage puis une boucle pour repasser mais cette fois penché de l'autre côté, il faut que tout le monde puisse en profiter, et prendre ses photos ! On continue notre vol, on sent vraiment qu'on est dans un petit avion, c'est autre chose que les avions de lignes, on sent vraiment qu'on vole, c'est marrant, ça monte et ça descend en permanence, plus drôle que les montages russes ! On arrive à l'Astronaute, avec ses grands yeux, on pourrait croire à un extra terrestre... La figure est dessinée sur le flanc d'une montagne, presque pas besoin de se pencher, dommage ;-) On fait le tour des différents dessins, une fois penché à gauche, une fois à droite : le chien, le singe, le condor, le colibri, l'araignée, le héron, l'arbre, le perroquet, les mains... on a bien le temps de profiter de la vue, c'est vraiment génial. J'ai un peu de mal à prendre des photos, je vois rien à travers l'écran, le soleil qui se réfléchit sur le désert m'aveugle presque ! J'hésite un instant à tendre l'appareil photo à Morgane, mais finalement je me ravise en me disant qu'elle ne fera pas mieux... Nous approchons de l'aéroport, déjà, j'en profite pour passer en mode caméra et filmer l'atterrissage ! Morgane se tient à la carlingue, elle doit appréhender l'atterrissage... Très très impressionnant tous ces dessins et ces lignes droites à pertes de vues ! Il y a aussi des formes géométriques, triangles, trapèzes, rectangles, spirales, c'est ahurissant !!! Les dessins sont très facilement reconnaissables, ce n'est pas juste un jeu de l'esprit ! Comment ont-ils fait pour réaliser des dessins aussi grands et presque parfaits, sachant qu'à l'époque ils ne volaient pas...? dingue ! Et ces lignes parfaitement droites ! C'est juste incroyable !

Version Morgane

On est sur le qui vive 8h pétante, le bus nous emmène à l'aéroport. On va faire le vol avec trois australiens, encore des gringos qui ne parlent pas un mot d'espagnol... Bon, j'arrête mon char et on suit le commandant sur le tarmac, on attend qu'il nous place, Señora, se va aqui - Aqui, vous voulez dire à côté de vous ? Devant, juste là, pourquoi moi ? ? Bon ben je me dis qu'il sait ce qu'il fait, je monte devant confiante et excitée de voir les lineas de Nasca... Chacun s'installe et on met les gaz, Jéjé me tape dans le dos, Ca va ? Claro que ça va bien …Chevere, hein !! L'avion décolle, ça fait un bruit de dingue ! J'ai mis mes écouteurs, comme dans les films, pour écouter les commentaires du commandant mais je pense qu'avec le bruit, je ne capterai rien du tout. L'avion monte mais pas trop, tout va bien, tout roule, j'ai juste un peu chaud, ça doit être normal. Nous arrivons à la première figure, waouh c'est dingue mais euh.... pourquoi l'avion pique sur la droite, ouh lala que se passe t-il ? ah il veut qu'on prenne une photo, oh carajo ! Il remonte et plonge à gauche, oh là ça va pas … A la base j'aime pas les manèges, alors ce truc là ! Il va le faire à chaque figure ?? mais il y en a 14 !!! Je sais que le vol doit durer 35 minutes, c'est pas beaucoup, ça peut aller vite, très vite ou bien pas du tout ! A chaque figure, au lieu d'être émerveillée par ce qu'on découvrait, je pensais une de moins, et on se rapproche de la fin …. mais pourquoi suis-je ici ? Pourquoi je n'ai pas juste regardé les figures à la télé ?? Je ne sais pas trop, je ne pense plus trop. Je viens de comprendre le véritable sens de « se liquéfier », je suis en train de transpirer de partout, des gouttes coulent dans mon dos, dans mon cou, sur mon visage... Vais-je disparaître ? J'en viens presque à le souhaiter … Chaque figure est une nouvelle acrobatie à gauche, à droite, et le commandant qui nous dit : « et là le singe », ah oui oui le singe … Encore 7, mais ce vol a une fin ? Est-ce que je vais rester entière jusqu'à la fin ? Le commandant me montre quelque chose dans une poche à ma gauche, rien que de regarder, de chercher ce que c'est, me coute une nouvelle suée... Ah ce sont des sacs plastiques, il a bien vu !! Je me prépare mais rien ne vient...Je respire, je me donne des forces, je fais de l'auto-persuasion « Allez ça va aller, le plus dur est passé - ah bon ?? Il n'en reste plus beaucoup, et c'est vrai que c'est dingue, ces symboles qu'on ne voit que du ciel, euh de mon canapé j'aurai pu les voir aussi bien, non …. allez continue, un, deux, trois respire et une figure de moins... on en est où ? » « Let's go home » ah, j'en rêvais.... allez vite qu'on atterrisse ! On continue à voler, au dessus du désert, toujours rien à l'horizon, où est cet aéroport ? Où sommes nous ? Maman !!!!!!!!!!!! enfin non je ne dis pas ça, je sais très bien qu'elle me dirait « mais pourquoi tu l'as fait ? » Ben, là je dirai que je ne sais pas pourquoi je l'ai fait, une des expériences les plus, les plus... oh, là la ville de Nasca, je la vois, la piste d'atterrissage aussi ! Ah, trop bien ! Il ne manquerait plus que les roues ne sortent pas de ce mini engin !! Je veux juste que ça s'arrête, je veux marcher sur la terre, je suis une terrienne moi !!! Qu'on me laisse sur terre !! Ouf, l'avion se pose, tranquille et là Jérôme me regarde: « Génial hein ? Époustouflant non ? »

Après le vol, on se pose regarder un film qui donne quelques explications sur ces lignes. Il semblerait que les Nascas étaient très doués en géométrie, aussi une fois avoir dessiné le symbole en petit, ils partaient dans le désert avec des instruments adéquats le reproduire en plus grand. Ensuite, les lignes seraient si bien marquées car ils les utiliseraient comme chemin de procession pour remercier leurs Dieux ou bien pour leur demander quelque chose. Plusieurs théories se recoupent, d'autres sont complètement différentes... Aujourd'hui encore ces lignes représentent un grand mystère. Retour à l'hôtel, tour dans la ville dans le marché de Nasca. On cherche une piscine, il fait tellement chaud, le soleil tape fort … On trouve un hôtel plutôt chic qui propose l'accès à la piscine, incluant une boisson et un sandwich. Parfait ! On se pose à la piscine, au soleil, avec un bouquin, le kiff ! Avant de repartir, on apprend que l'hôtel a un planétarium dédié à Maria Reich, une allemande qui a voué sa vie à ces lignes. Le rdv est pris, nous reviendrons plus tard avec nos sacs à dos avant de prendre le bus. 19h, nous revoilà dans ce bel hôtel, tout le monde s'y est donné rendez-vous, c'est fou. Il faut dire que nous avons choisi la version anglaise car la version en espagnole est trop tard par rapport à notre départ en bus. On rentre dans un petit planétarium, un guide nous raconte l'histoire des ces lignes et surtout l'implication de Maria Reich. Elle a vécu une partie de sa vie ici, c'est la raison pour laquelle l'hôtel, pour lui rendre hommage, a crée cet espace. Le guide nous parle de la version de Maria, qui pense que ces lignes sont un calendrier astrologiques. Une des lignes est parfaitement alignée au coucher du soleil le 21 juin, et idem pour une autre ligne le 21 décembre, les deux solstices... Impressionnant ! Cependant, on ne peut rien prouver. Les théories vont bon train, les explications aussi mais, au final, on ne saura jamais vraiment. Le mystère reste entier ! 22h, le bus de nuit nous attend pour allez à Arequipa. Buenas noches!