On reprend avec les détails de l'histoire, la vraie... Dans le shuttle direction Guatemala Ciudad, une rencontre, une anglaise elle vient du Nicaragua, elle a adoré c'est son pays coup de coeur. Du coup, elle prend le temps de sortir son carnet de voyage et de nous donner tous les endroits ou elle est restée. " au fait, vous prenez King Quality pour aller à Managua au Nicaragua ? Parce que nous aussi, c'est ce qu'on a fait. Vous avez réservé quelque part ? Non, alors je vous donne l'adresse ou nous sommes restés. A la sortie du bus, on a pris un taxi et on lui a demandé de nous emmener directement au Monolito hotel que nous avions réservé. La, le chauffeur a commencé à nous dire que la ville était super dangereuse, que les gars là au coin de la rue font partie d'un gang... Enfin bref, on avait qu'une envie en finir avec Managua ! " Et ben le moins que l'on puisse dire c'est que ça met dans l'ambiance... Vivement qu'on arrive enfin qu'on en reparte... Dans le bus, on fait la connaissance de deux israéliens, ils n'ont pas de résa non plus, on décide de se grouper. Après 18 heures de bus, deux passages de frontières (ok ok on n'est pas descendu du bus,c'est l'équipage qui s'en chargeait) on est finalement arrivé à la capitale du Nicaragua.

Ok, on repère les environs, pas grand chose a voir, les rues sont désertes, le terminal est clos... Gloups ! On prend un taxi, soit disant recommandé par l'équipe de King Quality. On lui demande de nous amener a El molinito, mais une fois arrivé sur place, pas d'enseigne, les chambres sont toutes pourries, bref, un taudis ! On peut pas rester ici les gars... Le chauffeur de taxi nous propose de nous emmener dans un bon hôtel pas trop cher. On n'a pas trop le choix, on y va ! Hôtel Shalom, pas la folie c'est sûr mais toujours mieux que le premier. Nous sommes posés, ouf ! Mais les deux israéliens sont un peu flippés et tellement parano qu'on met nos sacs à dos devant la porte, ils mettent leurs affaires dans le placard à l'intérieur ( et oui si on nous vole le gros sac à dos, personne ne pensera à regarder dans le petit placard...) Bref, en fait, on n'est pas sorti de l'auberge avec ces deux tits jeunes ! Et c'était sans compter la journée du lendemain... Après une nuit agitée, chaleur et trop de tension, nous prenons un petit déjeuner, on décide de filer rapidement au terminal de bus direction Granada. On appelle un taxi, ok allez vite adios Managua. Mais non, les deux israéliens veulent échanger des Quetzales contre des dollars (oui on pouvait le faire aux frontières mais pourquoi se simplifier la vie quand on peut se la rendre plus compliquée encore ?) Bref, de tour en tour, on a interrogé 5 banques, parce qu'ils ne voulaient pas échanger d'argent dans la rue Plaza de Espana, pour au final y revenir, 1h et 8$ de taxi plus tard. On finit par arriver au terminal, à peine sorti du taxi, pas le temps de chercher le bus, dix rabatteurs se jettent sur nous pour nous proposer le même trajet. Tous les moyens sont bons pour nous convaincre : porter notre sac, nous agripper, nous bousculer puis, pour certains, nous pousser vers la porte du bus, et pour d'autres, nous tirer pour nous en faire sortir, bref nous ne sommes qu'un sac à dollars qu'ils s'arrachent (le trajet coûte 1 dollar jusqu'à Granada) Por fin, nous arrivons dans cette jolie ville... Un petit tour et puis s'en vont ! Nous disons au revoir à nos deux israéliens et là nous avons le droit à un : " je ne sais pas ce qu'on aurait fait sans vous, vous étiez un peu notre papa et notre maman" Ah ben on se sent bien après ça ...